Events

François-Xavier de Boissoudy à Toulouse

Hôtel de Marvejol 47, rue Pharaon à Toulouse

From 12 march to 17 march 2019

C’est dans l’hôtel de Marvejol, un splendide hôtel particulier du XVIIème siècle, en plein coeur de Toulouse, à deux pas de la place des Carmes, que la Galerie Guillaume a choisi de « s’expatrier » pour exposer des peintures récentes de François-Xavier de Boissoudy. Une trentaine d’oeuvres seront ainsi présentées pour la première fois aux amateurs toulousains. La plupart sont des lavis d’encre sur papier marouflé sur toile, une technique très particulière mise au point par François-Xavier de Boissoudy, pour révéler la lumière dans son travail. Il y aura des grands, des moyens et des petits formats sur les thèmes chers à l’artiste qu’il a développés au cours de ses expositions parisiennes : Résurrection, Miséricorde, Marie, Paternité. L’exposition de Toulouse est la première qu’organise la Galerie Guillaume dans une grande ville française, en dehors de Paris. Elle fait suite aux quatre expositions personnelles de l’artiste à la galerie rue de Penthièvre à Paris et précède celle qui s’y déroulera à la fin de l’année 2019.

Inauguration en présence de l'artiste : mercredi 13 mars 2019 de 17h à 22h



Cliquez sur une image pour l'agrandir

Un Chemin de Croix de François-Xavier de Boissoudy

Basilique Saint-Sernin de Toulouse

From 06 march to 21 april 2019

François-Xavier de Boissoudy a réalisé pour la Basilique Saint-Sernin de Toulouse  un Chemin de Croix à l’huile sur toile, une technique nouvelle que l’artiste a développée à cette occasion. Les 14 tableaux seront exposés de chaque côté de la nef de l’édifice, joyau toulousain classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Au xxe siècle, de nombreux artistes modernes et contemporains ont réalisé des Chemins de Croix, utilisant parfois des matériaux variés : tels Maurice Denis, Georges Desvallières, Henri Matisse, Georges Rouault, Léon Zack, Raoul Ubac, et plus récemment Robert Combas et Ladislas Kijno. C’est dans cette tradition vivante que François-Xavier de Boissoudy s’est pleinement inscrit pour faire le Chemin de Croix de Saint-Sernin.

Les tableaux du Chemin de Croix de François-Xavier de Boissoudy seront accompagnés de 14 poèmes écrits par Jean-Pierre Denis. Jean-Pierre Denis, qui est originaire de Toulouse, est écrivain, poète et directeur du journal La Vie.

Un ouvrage publié aux Éditions de Corlevour réunit les poèmes de Jean-Pierre Denis en regard des tableaux de François-Xavier de Boissoudy.

Inauguration : jeudi 7 mars 2019 à partir de 18h30

 







Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Tristan Gaston-Breton

La question de l'argent

13 february 2019

 

Tristan Gaston-Breton fait un métier passionnant : il est historien des entreprises. Ainsi, il rencontre capitaines d'industrie, familles d'industriels et héritiers pour raconter et écrire l'histoire des grandes entreprises, généralement françaises, et il n'en manque pas ! Celui qui écrit de longues chroniques chaque été dans les Échos était l'invité des Rencontres de la galerie sur "la question de l'argent". Pour nous parler des Rothschild, famille symbole de la puissance, de la réussite et de l'argent. Tristan Gaston-Breton a déroulé l'histoire des Rothschild à partir du fondateur de la dynastie, Mayer Amschel, sans lequel rien ne fut possible. En effet, celui-ci, "petit juif du ghetto de Francfort", par son travail, par son intelligence, grâce à des rencontres fortuites, s'imposa rapidement comme le banquier des princes et des empereurs. Tristan Gaston-Breton raconte tout cela dans un excellent livre : "La saga des Rothschild" (Tallandier).

Cliquez sur une image pour l'agrandir

Vernissage Anna-Lisa Unkuri

Between the lines

30 january 2019

"D’où venons-nous, que sommes-nous, où allons- nous ? Le travail introspectif et onirique d’Anna-Lisa Unkuri, à défaut de détenir une réponse définitive, esquisse des pistes. Nous emboîtons le pas à ses personnages qui passent, traversent des paysages presque abstrait aux mille couleurs sans mot dire, suspendus dans une action dont nous ne saurons rien ni même si elle aura lieu. Les titres de ses toiles résument l’ambiance d’un art qui a délibérément choisi une envoûtante beauté mais sème le doute si on s’approche de trop près. Les personnages méditatifs au devenir incertain hantent la peinture scandinave autour de 1900. La Suédoise Anna-Lisa Unkuri prolonge, peut-être inconsciemment, ce topos nordique enraciné dans son ADN. Mais ici le plus souvent ces silhouettes hors du temps, ces apparitions énigmatiques nous font face. Bribes du souvenir ou d’un rêve, fantômes venus du froid ou de l’enfance." Alexandre Crochet, critique d’art

Anna-Lisa Unkuri est née en 1979 en Suède. Elle habite actuellement à Berlin. Elle a participé en 2008 à l’exposition inaugurale de l’Usine d’Art Public de Saint-Ouen. Son travail a été présenté au centre d'art et de culture de Meudon en 2012. Anna-Lisa est représentée par la Galerie Guillaume depuis 2011 : exposition « Place aux jeunes » en 2011 et 2016, Art Paris au Grand Palais en 2012, expositions personnelles en 2013 et 2019.

 

Exposition du 31 janvier au 16 mars 2019, du mardi au samedi de 14h à 19h

Cliquez sur une image pour l'agrandir

Bang Hai Ja au Musée Cernuschi

Et la matière devint lumière

From 18 january to 31 march 2019

Vernissage : jeudi 17 janvier de 18h à 20h30

Depuis près de soixante ans, Bang Hai Ja, figure des échanges culturels entre la France et la Corée, mène des expérimentations sur les matières, les pigments et les techniques picturales autant pour exprimer un besoin de création personnelle que pour semer de la joie et de la beauté autour d’elle. Peintures, sculptures et maquettes des vitraux en cours de réalisation pour la salle capitulaire de la cathédrale de Chartres retracent au milieu des collections permanentes du musée Cernuschi (l'un des plus beaux musées de Paris) ce long cheminement plastique et spirituel vers une lumière perçue comme le principe de l’univers.

Commissariat : Mael Bellec



Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Nathalie Heinich

La question de l'argent

16 january 2019

Nathalie Heinich, sociologue et directrice de recherche au CNRS, a spécialisé ses travaux depuis trente ans dans le domaine de l'art, et de l'art contemporain en particulier. Elle a écrit un nombre impressionnant d'articles et de livres sur le sujet dont "Le paradigme de l'art contemporain, structures d'une révolution artistique" en 2014. Elle était l'invitée des Rencontres de la Galerie Guillaume sur le thème de "la question de l'argent". Extérieure au milieu de l'art et en bonne sociologue, Nathalie Heinich porte un regard fouillé et tout à fait original sur l'art contemporain en commençant par redéfinir tous les termes et les poncifs. Elle définit d'abord l'art contemporain comme un "genre" de l'art, différent du genre moderne comme du genre classique, et non plus comme une catégorie chronologique, c'est-à-dire une certaine période de l'histoire de l'art. Puis, elle a parlé des "valeurs" en distinguant la classe de l'art contemporain - où l'art est considéré comme une production et où la valeur de singularité est primordiale - de celle de l'art classique - où l'art est considéré comme une expression et où prime la valeur de beauté. Quant à l'art moderne, il partage avec l'art classique la conception de l'art comme expression mais privilégie la singularité pour juger de la qualité des œuvres. Par ailleurs, Nathalie Heinich a longuement évoqué le statut de l'artiste à travers les époques, remontant au Moyen-Âge, et ses rapports à l'argent qui ont été changeants et déterminants pour le marché de l'art.

Cliquez sur une image pour l'agrandir