Evénements

Rencontre avec Laurence de la Ferrière

La joie

16 janvier 2018

Laurence de la Ferrière, première et seule femme au monde à avoir traversé intégralement l'Antarctique, était l'invitée hier soir des Rencontres de la Galerie Guillaume sur la joie. C'est une femme étonnante ! Elle a commenté avec beaucoup de simplicité et d'humour les images absolument stupéfiantes de sa traversée par le Pôle Sud qui fut l'aboutissement de sa carrière, de sa vie. On la voit ainsi toute seule au milieu d'un désert infini de glace, tirant un traîneau de 150kg (!), glissant sur des skis étroits, parfois aidée par une voile selon le vent, soignant ses pieds gelés dans une minuscule tente qui lui sert d'abri dans ce monde si hostile (température jusqu'à -50°C...). Rien pourtant ne prédestinait cette jeune fille de bonne famille à se lancer de tels défis, à endurer de telles souffrances. Seulement la volonté que l'on perçoit chez elle comme vitale "d'aller au bout de soi, de se connaître soi-même". Modeste, elle ajoute : "Qui que l'on soit, il y a toujours un endroit où l'on peut réaliser quelque chose qui peut nous donner une envergure". Et cela, c'est une joie qu'elle souhaite maintenant partager et transmettre.

Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Jean-Baptiste Hibon

La joie

20 décembre 2017

A 19h45

 

Jean-Baptiste Hibon est atteint à la naissance d'infirmité motrice cérébrale. Beaucoup d'obstination, mais aussi une rencontre providentielle qui a bouleversé sa vie, lui ont permis comme une nouvelle naissance. Marié, père de famille, Jean-Baptiste Hibon est également psychosociologue et conférencier, formant et accompagnant aussi bien les acteurs du monde médico-social que des dirigeants d’entreprise ou managers de ressources humaines. Il a témoigné de sa vie et de son expérience dans Ivre de joie, souffrir ou renaître (Ed. de l’Emmanuel, 2004).

 

Places limitées, sur résevation au 01 44 71 07 72 ou par mail galerie.guillaume@wanadoo.fr

Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Gilles Fuchs et Olivier Masmonteil

Existe-t-il un art français ?

07 décembre 2017

Gilles Fuchs est un collectionneur passionné et généreux. Il a beaucoup œuvré pour le développement de "l'esprit de collection" en France en fondant l'ADIAF, une association puissante qui rassemble plus de 400 collectionneurs et qui contribue au rayonnement de la scène artistique française à l'international, ce qui n'est pas une mince affaire... Olivier Masmonteil est un peintre talentueux, modeste et érudit. Il s'inscrit dans cette lignée d'artistes qui recherchent l'intemporalité dans la peinture et qui aiment puiser dans l'histoire de l'art des "morceaux d'éternité". Gilles Fuchs et Olivier Masmonteil ont eu un dialogue riche et passionnant hier soir dans le cadre des Rencontres organisées à la galerie sur le thème "Existe-t-il un art français ?". En passant en revue toute l'histoire de l'art depuis François Clouet jusqu'à Hantaï, traversant Poussin, Le Lorrain, Delacroix et Cézanne, l'un et l'autre ont défini quelques caractéristiques d'un "esprit français" : 1- L'école française tient de toutes les autres écoles, c'est un esprit de synthèse, et c'est pour cela qu'elle est si difficile à définir 2- L'art français aime "suggérer" plus que "montrer", il y a souvent chez lui une "expression de l'intériorité" 3- La lumière est souvent utilisée dans la composition des œuvres 4- L'élégance, la précision, la subtilité, l'humour, l'hédonisme (plus que l'érotisme) sont des caractéristiques de l'art français 5- L'art français est plutôt un art heureux, qui aime rarement la violence. Selon Olivier Masmonteil, il y a bien "un territoire français" qui est un lieu de création pour les artistes, ce territoire est chargé d'un "art de vivre" très particulier qui définit un "esprit français".













Cliquez sur une image pour l'agrandir

Vernissage Elzbieta Radziwill

Enchantement

05 décembre 2017

Elzbieta Radziwill est née en 1975 à Varsovie. Ses études à l’école française lui ont permis de perpétuer la culture française qui est très ancrée dans sa famille. Issue d’une lignée d’artistes, Elżbieta Radziwiłł entre à l’Académie des beaux-arts de Varsovie dont elle sort diplômée en 1998. Observant depuis toujours le monde animal, Elzbieta Radziwill puise essentiellement son inspiration dans la nature. Elle aime recréer un univers onirique et très coloré dans lequel elle place ces animaux sauvages avec une grande proximité. Son autre source d’inspiration lui provient des nombreux voyages qu’elle effectue à travers le monde, de l’observation des gens et de leurs traditions.Elzbieta Radziwill a notamment exposé à Paris (Espace Sisley, 2001), Varsovie (Galerie Prom, 2016) et Bordighera, Italie (2015). Ses œuvres figurent de dans nombreuses collections privées en Pologne, en France, en Espagne, en Italie et aux Etats-Unis.















Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Pierre Rosenberg

Existe-t-il un art français ?

09 novembre 2017

Pierre Rosenberg a la modestie des grands hommes. C'est avec des mots simples (et beaucoup d'érudition...) qu'il est venu hier soir traiter le sujet des "Rencontre art" de la Galerie Guillaume cette année : "Existe-t-il un art français ?" Oui, bien sûr, il existe un art français, dit celui qui a eu une carrière exceptionnelle, entièrement consacrée au Louvre jusqu'à en devenir le Président-Directeur, grand spécialiste des XVIIème et XVIIIèmes siècles français et italien. L'art français se caractérise notamment par l'élégance, c'est une peinture qui fuit l'expressionnisme, qui est plutôt silencieuse, claire, pudique. Il ajoute qu'on retrouve dans beaucoup de tableaux les trois couleurs, bleu, blanc, rouge... Selon Pierre Rosenberg, si la peinture française souffre actuellement, c'est parce que nos artistes ont abandonné en quelque sorte ces caractéristiques qui faisaient la force de l'art français. Pour illustrer son propos, Pierre Rosenberg nous parle abondemment de Poussin dont il est un fin et intime connaisseur. Poussin, qui a pourtant vécu à Rome presque toute sa vie, est le "bon exemple d'un artiste français". Il a eu une influence considérable sur tous les peintres français, notamment Ingres et Cézanne. Sans parler des historiens de l'art qui l'admirent et qui le citent toujours comme le peintre français par excellence.

Cliquez sur une image pour l'agrandir

Rencontre avec Olivier Delacroix

La joie

18 octobre 2017

Avant de devenir journaliste, Olivier Delacroix a été le chanteur du groupe de rock Black Maria pendant plus de dix ans. A partir de 2011, il rejoint France 2 pour présenter le magazine de témoignages Dans les yeux d’Olivier. Dans ces émissions, Olivier Delacroix pose un regard atypique sur la société et sur ceux qui la composent. Dans son livre paru en 2014, Nos chemins sont semés de rencontres (Michel Lafon), Olivier Delacroix confie ses propres épreuves, le suicide de son père et la mort de son fils suite à une malformation cardiaque.

Olivier Delacroix, deuxième invité des Rencontres sur "la joie" organisées par la Galerie Guillaume, évoque ce "rapport à l'autre" qui le fait vivre, au cœur des émissions de grande qualité qu'il réalise et qui atteignent des succès d'audience. Il y fait témoigner des gens de toutes sortes sur les situations extrêmement difficiles qu'ils vivent. Ainsi, la joie n'est a priori pas évidente à la lecture des sujets, mais Olivier Delacroix évoque la "luminosité" qui ressort de ces témoignages, la résilience de leurs auteurs, le fait qu'il y a dans l'homme une capacité incroyable à retourner les situations les plus ardues, pour les amener à une certaine paix "proche de la joie".













Cliquez sur une image pour l'agrandir